Halte à l'incessante destruction de notre socle de vie

-------------------------------------------------------------------------------------------------

          STOP ! LE VAR ET LA PROVENCE ONT DEJA DONNÉ !

  • AUTOROUTES
  • URBANISATION AU DETRIMENT DES TERRES FERTILES
  • URBANISATION DU LITTORAL
  • SURPOPULATION DU LITTORAL L'ETE
  • SPECULATION FONCIERE
  • INCENDIES DE FORETS
  • INONDATIONS SUITE A FORTE URBANISATION ANARCHIQUE
  • CAMPS MILITAIRES: CANJUERS (35 000 ha) - Ile du Levant
    COUTS DU LOGEMENT QUI FERONT FUIR NOS ENFANTS

---------------------------------------------------------------------------

Aurons-nous besoin de nous nourrir ou bien de "gagner" quelques minutes pour aller à Paris au cours du 21ème siècle ?

  • On enregistre dans le Var, rien qu'entre 1979 et 2000, une perte de plus 12 000 hectares de la surface agricole, la disparition de plus de 7 000 exploitations et la disparition de plus de 7 000 personnes dans la population agricole. Et ça continue au rythme d'une perte d'environ 1 000 ha par an !

Sources: http://www.var.equipement.gouv.fr/IMG/pdf/Composition_scot_Var_est_cle5a89b1.pdf

  • Aujourd’hui, le Var compte une des plus petites surfaces agricoles utiles (SAU) de France, soit 13% ou encore 80 000 hectares sur 600 000 hectares. Pour donner une échelle de valeur, on peut faire une comparaison avec le Camp militaire de Canjuers qui couvre 35 000 hectares (soit 350 km2 !)
  • Les terres agricoles ne représentent donc plus que 13 % de la superficie du Var alors qu’elles représentent 53% du territoire national 

  -----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Une consommation exponentielle de l'espace artificialisé par habitant prévue pour 2020 en PACA

(Sources:  http://www.paca.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/diagnostic_foncier_paca_cle053ab1.pdf

 

L'évolution de la population prise en compte de 1999 à 2020 perpétue de manière tendancielle les résultats d'évolution 1990/1999 par zone géographique, bien que la dynamique 1999/2004 laisse penser que cette projection sera sous-estimée.
Dans l'analyse réalisée lors de la rédaction du Schéma régional d'aménagement et de développement du territoire (SRADT) en avril 2006, il apparaît que l'espace artificialisé augmente plus vite que la population. Ainsi, si en 1990, 309m² d'espaces artificialisés suffisaient pour vivre à chaque habitant, il en fallait 442m² en 1999 et il en faudra
908, soit trois fois plus, en 2020 si la tendance observée se prolonge. Si l'on fait un zoom sur le territoire du moyen-pays, on constate que la consommation sera multipliée par 7 de 1990 à 2020. Cette tendance exponentielle de « grignotage » de l'espace naturel ou agricole est préoccupante, d'autant plus que la dynamique observée de 1999 à 2004 laisse penser que cette projection est sous-évaluée.